600xa

Environment

La santé et l’environnement sont des disciplines étroitement liées

L’objectif

Le but du programme est d’aider les pays à freiner et à renverser les tendances défavorables dans les domaines de l’environnement et de la santé ainsi qu’au niveau des liens plus étendus vers d’autres secteurs en Afrique. Le projet aura les objectifs spécifiques suivants:

List-Blue-1

Améliorer l’intervention coordonnée des agences de l’environnement et de la santé ainsi que des parties prenantes pertinentes aux niveaux nationaux et régionaux en Afrique.

List-Blue-2

Améliorer la capacité et les connaissances régionales pour faire face aux enjeux de l’environnement et de la santé en Afrique.

Le Défi

Le bien-être physique est fonction d’un environnement propre et robuste. De même, une population en santé peut contribuer aux efforts de durabilité et de conservation de l’environnement.

L’activité humaine, par contre, perturbe continuellement cet équilibre.

Effectivement, la dégradation d’écosystèmes et de leurs services causée par la pollution, le changement d’habitat, la surconsommation et l’exploitation des ressources naturelles, en plus du changement climatique, peut directement ou indirectement contribuer à la maladie et à la perte ultérieure de vies humaines. De telles tendances ont été évidentes autour du monde, allant de la maladie Minamata au Japon au désastre nucléaire de Chernobyl en Ukraine.

Strategie A

Évaluer les enjeux émergents au niveau de l’environnement et de la santé et établir un cadre régional pour une compréhension et une action commune en Afrique.

Strategie B

Fournir des conseils pour des politiques sur les législations et les plans d’action nationaux.

Strategie C

Promouvoir le renforcement des capacités au niveau de la gestion intégrée de l’environnement et de la santé.

Strategie D

Améliorer la base quantitative sur l’environnement et la santé.

Les effets d’une mauvaise santé provenant de piètres conditions environnementales peuvent déborder dans d’autres secteurs.

La santé est réputée être un élément central dans la réalisation des BDM (les buts de développement du millénaire). Un bon état de santé physique, intellectuel et émotionnel peut améliorer la capacité d’une personne à apprendre, à être productive et à contribuer à la réalisation des BDM. Le développement et la croissance économique dans tous les secteurs d’une société dépendent largement d’une population en santé. Par exemple, il a été estimé que le PIB de la région africaine aurait pu être supérieur de 100 milliards de dollars américains si le paludisme avait été éliminé il y a 35 ans.

La santé est intimement reliée à la vie, qui est un droit fondamental; n’empêche, des millions de gens perdent la vie chaque année suite à des maladies. En 2004, l’Organisation mondiale de la santé a rapporté qu’avec 47,4 pour cent, l’Afrique avait le plus haut taux de maladies infectieuses et parasitiques comparée à d’autres régions. En 2007, le programme de développement des Nations-Unis rapporta que l’Afrique se classait le plus haut en termes de taux de mortalité d’enfants âgés de moins de cinq ans. Dans l’Afrique subsaharienne, il est dit que le SIDA est la première cause de décès prématuré comparativement à d’autres régions du globe (GEO 4, PNUE, 2007).

Prüss-Üstün et Corvalán (2006) estiment que 24 % de l’ensemble mondial de maladies peut être prévenu par des interventions environnementales. C’est une raison suffisante pour chercher des solutions efficaces pour que les Africains puissent jouir de leur droit à une vie en santé.

Une attitude de laisser-faire nuira non seulement au développement et à la croissance économique dans la région et dans le monde mais, de manière plus importante, coûtera également des vies et minera les réseaux mondiaux de soutien.

Présentement, les responsabilités quant à l’environnement et à la santé sont surtout partagées par les agences de ces domaines respectifs. Une meilleure coordination est requise entre eux pour développer et mettre en application des programmes effectifs. Malgré l’ampleur que comportent les risques environnementaux pour la santé, la capacité de plusieurs pays africains d’évaluer et de réduire ces risques est limitée. Le partage de connaissances et d’expériences aide à gérer les enjeux répandus et partagés. Pour cette raison, un programme facilitant le partage de connaissances, le développement de stratégies à long terme et le partage de pratiques d’excellence sera d’une assistance incommensurable.